Les Rencontres du Made in France : (Re)Sourcer en France / 28.03.18, 10h30-13h

L’industrie de la mode a un impact considérable sur notre planète. Qu’il s’agisse des matières et de leur transformation, de la pollution des eaux, du transport ou encore du gaspillage dû à la surconsommation de vêtements, le secteur contribue largement à la dégradation de l’environnement. Parmi les solutions permettant de résoudre ce problème, on peut encourager une réorientation du sourcing vers la France et le recours plus fréquent à des matières comme le lin, le chanvre, le mohair… Par ailleurs, il est temps de se demander si récupération et recyclage textiles n’offrent pas une opportunité de valeur ajoutée pour le secteur.

Animé par Nathalie Ruelle, Professeur permanent IFM

Carreau du Temple / Auditorium
Accès sur présentation du badge du salon
Attention: nombre de places limité

 

10h30 – Introduction par Charlotte Daudre Vignier et Margaux Poser, étudiantes Management IFM

 

10h40 – Entretien avec Christèle Merter, Directrice, La Gentle Factory

Créée en 2014, la Gentle Factory réconcilie le made in France et la grande distribution. Christèle Merter nous livre son expérience d’une marque intégrée dans le territoire français qui s’appuie sur une filière locale et son potentiel humain.
Christèle Merter, ingénieure Textile au sein du groupe HappyChic (regroupant les marques Jules, Brice et Bizzbee) a réussi en 2012, grâce au programme interne “La nurserie des possibles”, à convaincre le comité de direction du groupe de lancer des produits éco conçus. Avec son équipe, ils décident alors de privilégier le design des produits mais sans compromettre l’engagement environnemental et sociétal ni le prix de vente. Résultat La Gentle Factory que Christèle Merter dirige aujourd’hui est devenue une marque à part entière et c’est désormais une machine à concepts responsables en adéquation avec les tendances sociétales du moment : produits fabriqués en France avec des étoffes également fabriquées en France, échange et revente facilités entre clients, location de vêtements… Une gamme de produits est développée en collaboration avec les marques du groupe et une collection spécifique est proposée en multimarques, dans la boutique de la marque ou sur Internet.

11h10 – Table-ronde : Matières françaises, réémergence de nouvelles filières locales


Le Made in France est une valeur ajoutée mais qui le plus souvent ne concerne que la confection. Toutefois, la provenance des matières premières pose question. Il est devenu difficile d’en connaître la provenance exacte, rarement indiquée sur l’étiquette. Y a-t-il encore une filière textile française globale ? Les matières que l’on trouve encore en France (lin, chanvre, laine) suffisent-elles à satisfaire la demande ? Une réindustrialisation de l’amont de la filière s’amorce-t-elle ?

Christian Didier, PDG, Emanuel Lang

Nichée au cœur du Sundgau en Alsace, Emanuel Lang est une société qui, depuis 160 ans, détient un savoir-faire reconnu dans le monde du textile en tant que coloriste de fils et tisseur de tissé-teint. Les tissus produits aujourd’hui chez Emanuel Lang sont principalement destinés à la confection de vêtements mode mais également de vêtements de travail. L’entreprise compte, à ce jour, une petite vingtaine de salariés, une équipe soudée qui permet aujourd’hui à Emanuel Lang de proposer des produits innovants tant au niveau des fonctionnalités que de l’esthétique. Très impliquée dans la filière de production française et particulièrement alsacienne, la société, labellisée Acteur Alsace Terre Textile est partie prenante d’un grand projet de réindustrialisation locale qui impliquerait agriculteurs, filature et tissage de fibres de chanvre et d’ortie.

 

Jean-Pierre Romiguier, Gérant-Fondateur, Le Sac du Berger (Stand A15)

Depuis 1980, Jean-Pierre Romiguier, gérant-fondateur, a travaillé à «recoudre» le lien profond qui embrasse et réunit passé et modernité, éthique et économie, mémoire lointaine et devenir infini : de cette quête a surgi comme une évidence le Sac du Berger. Au fil des années, ce sac est devenu l’emblème d’un atelier fort d’une dizaine de personnes, s’inscrivant dans une démarche de micro-économie sociale et rurale. Il regroupe cinq métiers du cuir : sellerie, maroquinerie, bottier, travail de la peau lainée et confection de vêtements cuir et laine. Depuis 2008, l’atelier du Sac du Berger est labellisé EPV, en reconnaissance de son savoir-faire artisanal français. Fort de son enracinement dans sa région et de ses connaissances des filières agricoles et textiles, Jean-Pierre Romiguier soutient un projet d’ampleur sur la valorisation de la laine des brebis Lacaune, formidable cheptel qui donne le lait du fromage de Roquefort et ceci en relançant une filière intégrée et locale de matière première et de filature.

 

Jacques Follet, Agriculteur et président, LCBio et Nina Giorgi, Chargée de mission, LCBio

Lʼassociation Lin et Chanvre Bio (LCBio) a été créée en juin 2013, à lʼinitiative de producteurs et transformateurs de lin et de chanvre biologiques. Elle dispose de trois collèges de membres : les agriculteurs biologiques, les entreprises coopératives et privées et les institutions partenaires. Lieu dʼéchange sur les savoir-faire et les techniques, l’association a pour but de promouvoir la recherche et l’expérimentation dans le domaine de la culture du lin et du chanvre en mode de production biologique. Elle s’engage également à veiller à lʼadéquation des assolements avec lʼétat du marché et favoriser la transparence des prix payés au producteur afin de préserver l’intérêt économique de ces productions agricoles. Elle se donne enfin pour rôle d’assurer la promotion du lin et du chanvre biologiques. Depuis 2015, LCBio organise une rencontre annuelle interprofessionnelle qui réunit agriculteurs, teilleurs, peigneurs, filateurs, tisseurs et porteurs de projets.

 

Pause 15 min

 

12h10 – Table-ronde : Produire en France, l’économie circulaire comme ressource

 

Ré-utiliser des étoffes existantes et valoriser des chutes sont des solutions qui permettent d’économiser les ressources. Le monde du recyclage ouvre la porte à de nouvelles façons de produire et de consommer la mode, mais aussi de multiplier les utilisations secondaires des textiles et du cuir.

 

Adèle Rinck, Responsable communication, Eco TLC

Eco TLC est l’éco-organisme de la filière des Textiles d’habillement, Linge de maison et Chaussures (TLC). C’est une entreprise privée, à but non-lucratif agréée par les pouvoirs publics français, dont l’objectif est de tendre vers 100% de valorisation des TLC usagés et d’accompagner l’industrie vers une économie plus circulaire. Pour financer son projet, Eco TLC perçoit une éco-contribution versée par les fabricants et distributeurs de produits TLC et travaille en coordination avec tous les acteurs de la filière.

Patrick Mainguené, Gérant, Insoft

Après 25 ans d’expérience dans le domaine de la chaussure, plus particulièrement chaussures de sport et dernièrement en tant que Directeur développement chaussures et équipement pour le groupe Lafuma, Patrick Mainguené est depuis 2011 gérant de la société Insoft. Cette entreprise, implantée près de Romans développe trois types de métiers : l’étude de projets ; la production de collections propres ou pour d’autres clients, entreprises telles que Modetic et sa marque de jeans et de chaussures éco-conçus “1083”, ou encore la coopérative textile Ardelaine ; et la commercialisation de ses propres produits Soft’in. Lauréat du Trophée de l’entreprise 2017 Catégorie Durable et Made in France, la société propose Ector, une sneaker sportswear éco-responsable et Made in France, légère qui s’adapte à la forme du pied grâce à la technologie du tricot fabriqué à Saint-Etienne à partir d’un fil recyclé (PET bouteilles plastique).

Eva Zingoni, Créatrice et directrice, Eva Zingoni

Née à Buenos Aires, de double nationalité italo-argentine, Eva a vécu à Madrid et à Turin avant de s’installer à Paris où elle vit depuis 18 ans. Après des études de stylisme au Studio Berçot, puis à l’Institut Français de la Mode, elle a travaillé pendant 10 ans dans le luxe. Chez Balenciaga, où elle est restée 8 ans, elle était en charge des broderies et des tenues des VIP. En 2010, elle a quitté ce poste pour lancer sa marque avec une idée novatrice : créer des vêtements avec les surplus de matières premières rachetés aux maisons de couture parisiennes. De cette façon, Eva souhaite concilier ses valeurs écologiques et sociales avec ses créations. Depuis 2017, elle est engagée dans le mouvement Fashion Revolution France, qu’elle préside.

 

Màrcia De Carvalho, Fondatrice et dirigeante, Les Chaussettes orphelines

Márcia de Carvalho, styliste et créatrice de mode née à Sao Paulo est installée depuis une vingtaine d’années à Paris. De ses voyages autour du monde, Márcia garde le souvenir d’une face méconnue de l’industrie textile, qui interroge la place de l’humain et de l’environnement dans le processus de production de vêtements et d’accessoires de mode. Elle décide alors de trouver une voie créative qui lui permette d’intégrer pleinement son souci éthique des aspects sociaux et environnementaux dans son activité de styliste. Cinq ans de dialogue avec des chercheurs et des industriels français ont finalement permis, en 2013, de mettre au point un procédé de fabrication d’un fil élaboré à partir de chaussettes et de laine recyclées. Son association Les Chaussettes orphelines créée en 2008 proposent aujourd’hui des accessoires, des chaussettes, des vêtements réalisés à partir de fil 100% recyclé à partir des chaussettes et de chutes de laines issues de bonneteries locales, filé chez un filateur français et confectionnés dans des ateliers créatifs d’insertion à Paris.

 

Thibaud von Tschammer, co-dirige le groupe Deveaux.

Vieux de deux siècles le groupe Deveaux est aujourd’hui un des plus gros groupe textile français. Dès le début, Deveaux a mis à profit son savoir-faire industriel pour créer des collections tendance et s’est ainsi imposé comme un fournisseur majeur auprès des entreprises françaises et internationales de l’habillement. Ses carreaux et ses tissés teints sont connus dans le monde entier et sa ligne complète, créative et de haute couture, adaptable à tous les types de vêtements, lui a permis d’être reconnu universellement  pour la qualité et la créativité dans un marché en évolution rapide.

Au fil des années, le groupe a développé un véritable savoir-faire dans de nombreux domaines de la production textile: le tissage, le tricotage, l’impression et la finition. Toutes les installations de fabrication sont situées dans un rayon de 60 km autour du siège social, à Saint Vincent de Reins, dans le Rhône, ce qui lui permet d’avoir un contrôle total sur les processus de fabrication et de création.

 

 

Voir les autres thématiques des Rencontres du Made in France